You are currently viewing 7 astuces pour augmenter votre taux d’ouverture newsletter

7 astuces pour augmenter votre taux d’ouverture newsletter

Les newsletters sont des espaces de communication privilégiés.

Si le visiteur de votre site web vous a laissé son email, c’est-à-dire une donnée personnelle, c’est qu’il vous accorde une part de confiance.

Cela veut aussi dire qu’il est intéressé par vos produits, services ou le contenu que vous avez l’habitude de partager.

Il sera donc réceptif aux messages que vous faites passer dans vos newsletters. Bien entendu, hors de question de se centrer seulement sur la vente. Votre lecteur est attentif, oui, mais il veut de la valeur.

Centrez-vous donc sur un contenu qui lui soit utile. Si vous ne faites qu’essayer de lui vendre votre nouveau shampooing ou votre dernier atelier, il finira par cliquer sur “se désabonner ».

La newsletter vous permet de créer une vraie relation avec vos lecteurs basée sur la valeur de votre contenu.

Plus votre relation sera forte et plus vos abonnés seront enclins à acheter ce que vous vendez. C’est en cela que les newsletters sont un canal à privilégier.

Cependant, l’email marketing n’est pas un domaine facile. Il ne suffit pas de sortir sa plus belle plume pour être lu. Non, il faut déjà commencer à convaincre vos abonnés d’ouvrir votre email.

Voici mes 7 conseils pour augmenter votre taux d’ouverture newsletter.

AUGMENTER VOTRE TAUX D’OUVERTURE NEWSLETTER

Honnêtement, personne n’a envie de passer du temps à créer du contenu intéressant, à maquetter un email et à récolter des adresses pour que personne n’ouvre sa newsletter.

C’est pourquoi il est essentiel de faire attention à quelques points pour s’assurer le meilleur taux d’ouverture emailing possible.

Si vous voulez recevoir mes newsletters, cliquez sur un des boutons !

7 conseils pour augmenter votre taux d'ouverture newsletter

1. Qu’est-ce qu’un taux d’ouverture ?

Si vous débutez dans le monde merveilleux de l’email marketing, il est possible que vous ne soyez pas encore familiarisé avec les termes.

Pas de souci ! En fait, le taux d’ouverture, c’est un pourcentage qui indique le nombre d’emails qui ont été ouverts par vos abonnés.

Pour le connaître, c’est simple ! La plupart des logiciels d’emailing, ici l’exemple d’ActiveCampaign, vous l’indique.

2. Tous les emails ne se valent pas

En effet, si vous pensez à tous les emails qui tombent dans votre inbox chaque jour, vous vous rendrez facilement compte qu’on ne peut pas tous les mettre dans le même panier.

Personnellement, j’en distingue 3 types :

  • Les emails transactionnels

Il s’agit de courriers qui confirment qu’une commande a bien été enregistrée ou qu’un paiement a bien été effectué. Les emails transactionnels ont un taux d’ouverture important car ils sont très attendus par leurs destinataires.

  • Les emails promotionnels

Ceux destinés à vous faire part de la dernière promotion de votre parfumerie préférée ou qui vous rappellent que vous avez laissé un collier dans votre panier.

  • Les emails de valeur

J’entends par là, les newsletters que votre marque de bougies préférée ou votre blogueur cuisine vous envoie régulièrement, pas seulement pour vous vendre quelque chose mais surtout pour vous apporter de la valeur.

Si vous écrivez ce genre d’emails, restez avec moi car mes astuces se centrent spécialement sur ce genre de newsletters, même si elles peuvent s’appliquer à d’autres.

3) Qu’est-ce qu’un bon taux d’ouverture ?

Alors là, je vais ressortir ma réplique préférée : ça dépend. En fait, chaque secteur d’activité a des taux moyens différents.

Si vous voulez savoir où vous situer, consultez cet article de Mailchimp. Vous y découvrirez non seulement le taux d’ouverture moyen mais aussi le taux de rebond et le taux de clic, entre autres.

Pour ceux qui travaillent en plusieurs langues, je vous annonce que le taux d’ouverture newsletter dépend aussi de la langue, et donc des pays.

Si je prends mon exemple personnel, j’obtiens un taux d’ouverture moyen de 30% pour mes newsletters en français et un taux de 17% pour celles qui sont en espagnol.

4. Pourquoi vos abonnés n’ouvrent pas vos newsletters ?

Si vos abonnés n’ouvrent pas les newsletters que vous leur envoyez, c’est dû à plusieurs raisons. Je vais vous exposer ici, celles que je considère les plus importantes.

a. Vos newsletters arrivent dans leurs spams

C’est en général, la cause numéro un. Tous les fournisseurs d’accès et webmails ont des filtres anti-spam qui évitent que nous soyons submergés chaque jour par des envois frauduleux ou des envois massifs. Certains peuvent donc croire que vos emails sont des spams…

b. Ils vous ont donné leur email seulement pour récupérer votre cadeau gratuit

Il s’agit d’un cas assez fréquent si vous offrez des lead magnets ou freebies. L’utilisateur avait très envie de le recevoir, il n’avait donc pas le choix et vous a laissé son adresse mail.

c. Ils ne lisent que l’objet

8 heures, votre journée de travail commence. Vous ouvrez votre boite mail et des dizaines de courriers vous attendent. Vous les traitez par ordre d’importance. Cette super newsletter qui est là pour vous expliquer comment augmenter votre engagement Instagram, vous voulez la lire mais après avoir répondu aux mails de votre boss et de vos collègues. À la fin de la journée, vous aurez oublié la dite newsletter :/

d. Vos newsletters ne les intéressent pas

Ils ont lu l’objet, mais vous n’avez pas réussi à les séduire. Ça peut arriver. Impossible de se sentir concerné par tous les sujets.

Cependant, plus vous travaillerez votre buyer persona, moins vous rencontrerez ce problème. En effet, si vous connaissez bien votre client idéal, vous saurez quelles informations il recherche et pourrez lui envoyer le contenu adéquat.

client idéal réseaux sociaux

5) 7 conseils pour améliorer votre taux d’ouverture newsletter

a. Éviter d'atterrir dans les spams

Éviter de finir dans les spams n’est pas une mince affaire. Google, Yahoo, Outlook… ont des règles différentes mais voici quelques points sur lesquels vous pouvez travailler.

Bannissez les emails farfelus qui font peu sérieux : audrey86@ ou supermaman18@. Ça tombe sous le sens, non ? Un nom et un prénom ou le nom de votre marque, restez simple !

Ne joignez pas de pièce jointe, souvent considérée comme vecteur de virus.

Optez pour un formatage classique pour votre newsletter. Pas de police étrange ou trop de GIFs.

b. Envoyer à la bonne heure

Le jour et l’heure d’envoi sont importants. Pensez à votre utilisateur.

Est-ce un père de famille qui s’occupe de ses enfants ? Dans ce cas-là, peu de chances qu’il ouvre ses emails et les lisent en semaine. Est-ce une entrepreneure qui se lève tôt ? Il y a de grandes chances qu’elle lise ces courriels tôt le matin.

Ensuite, pensez au moment de l’année où nous nous trouvons. Peut-être que le rythme de vos lecteurs change en été ou bien pendant les vacances de Noël. Vous devrez peut-être vous y adapter.

N’hésitez pas à faire des tests et à voir quel jour et à quel moment, vous obtenez un meilleur taux d’ouverture.

c. Soyez régulier

Je suis un très mauvais exemple de régularité mais aussi une très bonne preuve que ce conseil est important.

En effet, chaque fois que j’arrête d’envoyer des newsletters pendant un certain temps, je vois mon taux d’ouverture emailing diminuer. 

Pire, mon taux de désinscription augmente.

En fait, vous allez voir. C’est logique !

Mettons que je vous envoie une newsletter toutes les deux semaines. Ça fait 4 mois que je maintiens ce rythme. J’ai réussi à me faire un peu de place dans votre cerveau. Il est même possible que toutes les deux semaines vous guettez mon nouveau courrier.

La rentrée arrive, de nouveaux contrats tombent, mon rythme s’accélère. Je n’ai plus le temps d’écrire ma newsletter. Les semaines passent. Vous commencez à m’oublier moi et ma newsletter.

3 mois plus tard, vous voyez mon nom débarquer dans votre inbox mais vous ne savez plus qui je suis, ni même pourquoi je vous écris. Vous n’ouvrez plus jamais mes courriers. Triste histoire !

d. Soigner l’objet

Il est possible que vos lecteurs adorent votre contenu, votre style, votre ton… Et se ruent sur chaque newsletter que vous envoyez. Possible mais rare !

La plupart du temps, vous devez les convaincre de consacrer quelques minutes à la lecture de votre courrier. C’est pour cela qu’il faut soigner l’objet. Bien souvent, c’est votre seule chance de convaincre le lecteur de cliquer.

Il faut savoir accrocher le regard du lecteur qui reçoit chaque jour des dizaines de courriers. Vous pouvez utiliser des emojis pour cela sans trop en faire, et selon votre public, vous pouvez aussi écrire un mot en majuscule.

Le contenu de l’objet est important puisqu’il va motiver le clic. Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous devez susciter l’intérêt. Voici plusieurs options :

  1. Une question : savez-vous comment multiplier votre chiffre d’affaires par 3 ?
  2. Piquer sa curiosíté : comment j’ai atteint les 5000 abonnés sur Instagram
  3. Une liste : 5 applis incontournables pour apprendre à parler anglais

Dans tous les cas, l’objet doit être court et correspondre impérativement au contenu de la newsletter.

e. Faire court

On passe tous énormément de temps en ligne, votre lecteur aussi. Ce qui est paradoxale, c’est que bien que nous soyons toujours connectés, nous n’avons pas le temps… 

Alors on préfère les textes courts. Ça vaut aussi pour votre newsletter. Évidemment, vous pouvez développer votre sujet davantage que dans un post Instagram mais veillez à ne pas écrire trop de lignes.

Votre style aussi doit être direct. On a pas le temps alors aucune envie de lire de longues descriptions. Allez droit au but !

Pour éviter de donner l’impression qu’il va falloir se bloquer 10 minutes pour lire votre email, aérez vos paragraphes. N’hésitez pas à sauter des lignes, à mettre de la couleur, à glisser une image. Votre newsletter doit être agréable à l’œil.

f. Personnaliser votre email

Nous sommes en plein dans l’ère de la personnalisation, cette info ne vous surprendra pas. Nous nous y sommes habitués et du coup, recevoir une newsletter qui débute par cher abonné, c’est bof.

Tous les logiciels d’email marketing vous permettent de personnaliser votre newsletter avec le nom et/ou le prénom de votre destinataire. Donc plus aucune excuse pour ne pas démarrer votre email par Coucou Indra ! ou Bonjour Jean-Pierre !

Vous pouvez aussi personnaliser le sujet de votre newsletter, ça fait toujours son petit effet.

Une autre pratique très utile, c’est la segmentation. Vos abonnés n’ont pas tous les mêmes besoins et n’en sont pas non plus au même stade dans votre funnel d’acquisition. C’est donc intéressant de leur proposer du contenu qui correspond vraiment à leurs attentes.

g. Faire du ménage

Avec un exemple, vous allez vite comprendre.

Imaginons que vous avez 1000 abonnés à votre newsletter mais que 30% d’entre eux n’ont jamais ouvert un seul de vos courriers. Vous avez donc en réalité seulement 700 abonnés actifs.

Mais pour une raison ou une autre, lundi dernier vous avez envoyé une newsletter à l’ensemble de vos souscripteurs et seulement 100 l’ont ouvert. Votre taux d’ouverture newsletter est de 10%.

Si vous aviez fait un peu de ménage en quittant les 30% qui n’ont jamais ouvert un seul de vos mails donc 300 abonnés. Votre taux d’ouverture emailing aurait été de 14,29%.

Votre taux est bien meilleur. Donc mon conseil, c’est nettoyé !

Tous les 2 mois, je vais dans mes listes pour voir quels sont les abonnés qui n’ont ouvert aucune de mes newsletters au cours des 3 derniers mois et je les efface à tout jamais !

Augmenter son taux d’ouverture newsletter nécessite un certain temps de travail mais si vous mettez en place ces habitudes maintenant, elles rentreront petit à petit dans votre routine. Elles vous prendront donc de moins en moins de temps mais vous aideront à améliorer votre communication.

Quels astuces vous semblent plus faciles à mettre en place ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur Pinterest !

ouverture newsletter
ouverture newsletter
ouverture newsletter

Laisser un commentaire